Exploitation Lucernaire 2018

Première création théâtrale
Affiche Et si on ne se mentait plus ?

L’aventure « Et si on ne se mentait plus ? » se poursuit ! La reprise à Paris le 29 août a été une grande réussite, à tel point que l’exploitation qui devait s’arrêter initialement le 11 novembre, s’est prolongée jusqu’au 31 décembre !

Un grand merci à toute l’équipe du Lucernaire pour leur accueil, leur gentillesse et leur générosité. Nous sommes entrés dans une grande famille et ces quatre mois resteront gravés dans nos mémoires.

L’occasion pour nous de fêter avec eux la 100ème de « Et si on ne se mentait plus ? »

Merci au soutien des Editions Flammarion qui nous ont apporté leur aide. Un partenariat porteur de sens ! Vous pourrez en apprendre plus sur notre collaboration en suivant ce lien.

Merci tout particulièrement à Benoit Lavigne et Karine Letellier qui nous ont fait confiance dès le premier jour et qui nous ont donnés l’opportunité de faire connaître cette pièce.

Merci aussi aux magnifiques Thomas et Alexandre à la régie pour leur professionnalisme et leur amitié, sans oublier Adeline et Sébastien !

Merci au quintet de choc à la billetterie qui a su remplir nos salles comme personne : Alias, Céline, Léïla, Pauline et Julia !

Merci à toute l’équipe de l’ombre ô combien précieuse : Laurie Michalon, Olga Tkachenko, Livia Matigot, Julien Guignans, Marie-Charlotte Guillaux, Maylis Le Texier et les autres !

Merci enfin à toutes les équipes, au Théâtre Noir, au restaurant et au bar, pour avoir rendu cette aventure inoubliable : Fanny, Lisa, Eloise, Nil, Emma, Cédric, Damien, Michaël, Jessica, Perle, David, sans oublier le précieux Gilles et l’indispensable Muriel !

  • Dernière photo au Lucernaire

Création Avignon 2018

Première création théâtrale


« Et si on ne se mentait plus ? » a été créée lors du festival d’Avignon 2018 à l’Espace Roseau Pétramale. La première création des Inspirés a rencontré un vif succès qui se prolonge aujourd’hui à Paris. Un grand merci à toute notre équipe qui a permis à ce spectacle d’exister.

 

Merci à Raphaëlle Cambray (dit « DD ») à la mise en scène, à Catherine Bluwal pour le décor, Marie-hélène Pinon à la lumière, Margot Deon et Leslie Pauger pour les costumes, Jean-Marc Istria pour la musique, l’affichage et les pâtes à la vodka, Lucile Garric à la régie, Patricia Moreno à la diffusion, Alain Pons aux relations presse.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Merci également à ceux qui nous ont soutenus, Ludovic LarocheXavier Brouard et l’équipe du Chesnay pour la création, Jean-Claude, Marie-Françoise et Marie Broche et toute leur équipe pour leur accueil à l’Espace Roseau qui vivait sa dernière année, Philippe Dupouy à la billetterie, Viollaine de Merteuil pour les raccords de costume, Pierre Boucard et son équipe des Nuits de la colère pour cette traversée fraternelle.

 

21 représentations           Plus de 1700 spectateurs           

 

Merci enfin à nos premiers spectateurs et défenseurs du spectacle, Benoit Lavigne, Karine Letellier et toute leur équipe, Fabienne Chaudat et la bande de « Et pendant ce temps Simone veille », Nicolas BriançonAnne Richard, Grégori Baquet, Pascal LegitimusAnthea SognoPascal GuillaumeLou LefevreValentin MartiniMichael Hirsch, Alta Martiny et tous les anciens élèves du Cours Cochet-Delavène.

 

« Et si on ne se mentait plus ? »

Première création théâtrale
Affiche Tristan Bernard

Une coproduction Ki M’aime Me Suive – le theâtre Tristan Bernard –      Les Inspirés – Luggam Production

Synopsis

Soyons honnêtes un bref instant : le mensonge, surtout entre amis, c’est ce qui met du poivre dans le sel de l’existence

Et si on ne se mentait plus ? raconte l’amitié de Lucien Guitry, Jules Renard, Tristan Bernard, Alfred Capus et Alphonse Allais. Au cours de leurs fameux déjeuners chez Lucien au 26, place Vendôme, ils ne s’arrêtaient de sourire que pour rire aux éclats. Lors de ces moments fraternels les répliques fusent et le vin coule à flots. Pourtant, en octobre 1901 ils font face à un tournant dans leur relation : pendant que les uns doivent faire un choix entre la gloire et l’amitié, d’autres se demandent si, pour une femme, ils peuvent mentir à leurs amis. Et pour de l’argent ?

« Les Mousquetaires » attablés, dessin de Sacha Guitry (de g. à d. : Tristan Bernard, Jules Renard, Alfred Capus et Lucien Guitry. Malgré ses absences fréquentes, Alphonse Allais avait toujours son couvert dressé.)

 

Cinq stars de la Belle Époque

Ils étaient hommes de théâtre, auteurs, comédien grandiose, journalistes sportif et politique, chroniqueurs, académicien, inventeur, mondains, campagnards, citadins, directeurs de théâtre…Ces hommes, qui s’appelaient entre eux “les Mousquetaires”, sont les cinq doigts d’une des mains qui a porté l’esprit français jusqu’à nous.

Un des passeurs, Sacha Guitry, résumait ainsi cette amitié : “Si le plafond s’écroulait sur les Mousquetaires, le lendemain il ferait presque nuit à Paris”.


Équipe artistique

Mise en scène : Raphaëlle Cambray

Costumes : Margot Déon et Leslie Pauger

Décors : Catherine Bluwal

Lumières : Marie-Hélène Pinon

Musique et son : Jean-Marc Istria


Les prochaines dates 

Théâtre Tristan Bernard

Les 17, 18, 19 et 24 janvier à 21h puis du jeudi au samedi à 19h

64, rue du Rocher 75008 Paris

Réservation sur le site du théâtre ou sur billetreduc


Soutiens

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont soutenues le projet, en particulier : 

   La ville du Chesnay

Logo la ville du Chesnay